Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Selon le portail d’information russe Izvestia, la majorité des représentants de la Douma, la chambre basse des représentants de la Russie, se sont mis d’accord avec les ministres du développement économique et de l’énergie pour vouloir reconnaître les mineurs de crypto-monnaies comme des entrepreneurs en Russie.

La résistance de la banque centrale ne peut changer les faits

La Banque centrale russe est totalement opposée à cette initiative et pointe du doigt les risques liés aux crypto-monnaies, tels que le financement du terrorisme, le blanchiment d’argent, la fraude et ainsi de suite, selon le rapport de lundi. Pourtant, la Douma et les ministères ne font que reconnaître les faits.

Après tout, comme l’a constaté le Center of Alternative Finance de l’Université de Cambridge en août dernier, la Russie s’est imposée devant les États-Unis, la Malaisie, le Kazakhstan et l’Iran comme le pays où l’on extrait le plus de bitcoins dans le monde, après que la Chine ait complètement abandonné son statut de centre d’extraction mondial incontesté à la fin du mois de juillet.

Selon le ministère russe de l’Économie, la réglementation sera bénéfique pour le pays et l’industrie des crypto-monnaies. En outre, le crypto-minage correspond bien à la définition de l’entrepreneuriat dans le code civil russe, selon le rapport.

Les procédures bureaucratiques sont en cours

Les institutions veulent maintenant mettre en place un code de classification basé sur le système russe OK pour l’industrie. Les sociétés minières peuvent ensuite utiliser ce code pour enregistrer leurs sociétés en Russie. Cela ouvre la voie à la bureaucratie financière.


Après tout, comme le note le président de la commission des finances de la Douma, Anatoly Aksakov, le crypto-minage n’a pas été interdit en Russie jusqu’à présent. Il s’agit plutôt de l’intégration régulière de l’industrie dans le système économique et fiscal russe. La classification serait la première étape. Ensuite, il s’agit d’établir des procédures et des règles d’imposition.

Augmentation des tarifs d’électricité pour les mineurs de bitcoins

Il est clair pour les représentants du peuple comme pour les ministres que les crypto-mines peuvent faire grimper la consommation d’électricité du pays. Pour y remédier, M. Aksakov propose de faire payer aux mineurs des tarifs d’électricité plus élevés que ceux des autres consommateurs, selon Izvestia.

Ce mouvement pourrait être considéré comme une réaction au récent mouvement suédois. L’autorité suédoise de surveillance financière, ainsi que l’Agence de protection de l’environnement, avaient proposé d’interdire le minage de cryptomonnaies dans toute l’UE s’il s’agit de minage de preuve de travail, comme c’est le cas pour les bitcoins.

D’ailleurs, dans le classement ci-dessus, l’Allemagne se trouvait à la huitième place, devant l’Irlande à la neuvième. Les chercheurs n’ont cependant trouvé aucune preuve de ces deux positions, et soupçonnent plutôt que l’Allemagne et l’Irlande se sont glissées dans le classement par accident, pour ainsi dire. Selon l’Université de Cambridge, leur part a probablement été considérablement gonflée en raison des adresses IP détournées par l’utilisation de services VPN ou proxy.



Laisser un commentaire