Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Le 27 août 2021, le Sars a fourni de nouvelles orientations sur le traitement fiscal correct des crypto-actifs et la manière dont cela doit être déclaré dans leurs déclarations. Cela s’est fait sous la forme d’une page web publiée par Sars, intitulée crypto Assets & Tax. Cette publication doit être considérée dans le contexte des divers commentaires faits récemment par Sars sur l’imposition des crypto-actifs, la perception de la non-conformité par les détenteurs de crypto-actifs et le sérieux avec lequel Sars prend la non-conformité.

Le Sars a créé un espace spécial pour déclarer les actifs cryptographiques détenus.

Une idée fausse courante est que lorsque vous avez simplement détenu des crypto-actifs, mais n’avez effectué aucune transaction, vous n’avez pas à faire de déclaration au Sars. La déclaration de revenus 2020/21 exige que vous fassiez une déclaration spécifique dans la section Déclaration des actifs et passifs locaux.

La conséquence de ce qui précède est que toutes les personnes qui ont acquis et détenu des crypto-actifs au cours de l’année fiscale doivent divulguer ces avoirs au Sars dans leurs déclarations, qu’il y ait eu ou non des événements imposables. Il est facile de se tromper et les contribuables doivent faire preuve de prudence.

Si vous ne faites pas cette déclaration, même par négligence, il s’agit désormais d’une infraction pénale en vertu de la loi sur l’administration fiscale.

La confusion demeure entre l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les plus-values

Dans les pays où l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les plus-values sont soumis au même taux, la nature du commerce par rapport à l’investissement n’est pas importante. En Afrique du Sud, le taux marginal supérieur de l’impôt sur le revenu des personnes physiques est de 45 % et le taux marginal supérieur de l’impôt sur les plus-values est de 18 % ; il s’agit donc d’un point de grande importance.

Dans le guide CGT de Sars (publié le 5 novembre 2020), il a été mentionné que ” [c]ompte tenu de leur extrême volatilité, les crypto-monnaies sont susceptibles d’être détenues comme un actif spéculatif à caractère de revenu “. C’est probablement généralement vrai, mais ce n’est pas toujours le cas.


Malgré cela, la page web d’information publiée en début de semaine ne donne que des exemples d’informations sur l’impôt sur les plus-values. Aucun exemple n’est donné pour la divulgation de l’impôt sur le revenu, ce qui signifie que les contribuables peuvent tomber du mauvais côté de la loi en suivant simplement les conseils fournis par Sars.

Référence de Sars à la jurisprudence existante

La nouvelle publication ne fournit pas d’exemples spécifiques ou de lignes directrices sur la manière dont cette différenciation entre revenu et capital doit être faite. Il est dit que la réponse viendra de la jurisprudence existante. Cela ne signifie pas grand-chose, voire rien, pour un contribuable individuel normal.

En dépit de la croyance populaire, la détermination du revenu par rapport au capital n’est pas simplement fonction de la durée de détention de l’actif – il faut tenir compte de divers facteurs, notamment de l’intention du contribuable. Les décisions de justice ont confirmé qu’il n’existe pas de critère unique à appliquer.

Par exemple, dans l’affaire ITC 1525 (1991) 54 SATC 209 (C), le contribuable a détenu des Krugerrands pendant une période de 12 ans (en prévision d’un jour de pluie) et les a finalement vendus afin d’injecter des capitaux dans une nouvelle entreprise – la Cour fiscale a estimé que cette vente était soumise à l’impôt sur le revenu et non à la CGT. Il en a été de même dans l’affaire ITC 1526 (1991) 54 SATC 216 (T), où les Krugerrands ont été conservés jusqu’à 9 ans comme réserve de richesse et protection contre l’inflation.

Importance de la conformité

Il n’existe aucun moyen légitime pour les investisseurs en crypto-actifs de rester “invisibles” du point de vue du Sars et, bien que beaucoup puissent encore le nier, le Sars ne cessera de s’affûter. Même lorsque vous ne parvenez pas à vous déclarer correctement maintenant, la non-déclaration est permanente et reviendra dans quelques années pour rattraper le contribuable. Le Sars a nommé des spécialistes pour s’occuper des crypto-actifs, mais le marché n’a pas vu de poursuites dans ce domaine fiscal.

Une chose est cependant absolument certaine : il ne suffit plus de se cacher à la vue de tous. Les avoirs en crypto-monnaies (pas seulement les gains et les pertes) doivent désormais être déclarés dans vos déclarations, et nous verrons bientôt les rouages de la justice tourner rapidement pour ceux qui tardent à s’y mettre.



Laisser un commentaire