Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

La plateforme de médias sociaux permet aux utilisateurs d’interagir dans un environnement plus ouvert et plus digne de confiance

De nos jours, les médias sociaux manquent d’un élément important dans leur structure : l’authenticité. Actuellement, tout le monde peut créer, gérer et utiliser de nombreux comptes, sans vraiment savoir qui se cache derrière l’avatar.

Waivlength vise à résoudre ce problème en mettant en œuvre une solution de connaissance du client (KYC), qui éliminera les plus grands maux de tête des médias sociaux modernes – comptes dupliqués, bots et trolls anonymes. Les utilisateurs pourront ainsi interagir dans un environnement plus ouvert et plus digne de confiance.

Le projet s’intégrera aux solutions KYC existantes pour gérer le processus de vérification des utilisateurs. Les données personnelles, utilisées dans le processus de vérification, ne seront pas monétisées ou vendues à des entreprises ou des annonceurs externes.

Le problème des fuites de données a vraiment pris de l’ampleur avec des documentaires tels que « The Great Hack », sur le scandale des données de Cambridge Analytica, et « The Social Dilemma », sur l’impact humain dangereux des médias sociaux. Ces films liés à la vie privée ont mis en évidence la nécessité d’une plateforme émergente capable de réunir uniquement les meilleurs aspects des médias sociaux.

Comment fonctionne la plateforme Waivlength ?

La plateforme offrirait les mêmes fonctionnalités que les plateformes de médias sociaux classiques, comme la création et le partage de contenu textuel, visuel et vidéo publiquement, entre amis ou avec des personnes ou des groupes sélectionnés.

La plateforme faciliterait également un service de messagerie privée, qui permet aux utilisateurs de choisir le contenu qu’ils souhaitent voir. La mise en œuvre d’autres fonctionnalités et les mises à jour du service sont prévues dans la feuille de route de Waivlength.

L’équipe à l’origine de Waivlength prévoit de révolutionner l’interface utilisateur afin de créer une nouvelle façon d’interagir avec la plateforme. Les principales plateformes de médias sociaux souffrent toutes d’une approche très linéaire de la consommation de contenu. Waivlength vise à briser la linéarité avec une interface utilisateur de pointe pour une expérience plus facile et adaptée à chaque utilisateur individuel.

Le jeton WAIV

L’épine dorsale de la plateforme est le jeton de gouvernance WAIV. Il fonctionne selon la norme BEP-20 de Binance. La tokenomique du jeton de gouvernance suggère un modèle déflationniste, ce qui signifie que l’offre totale est limitée et en constante diminution. Une taxe de 10% pour les transactions WAIV est implicite, mais comme pour d’autres projets déflationnistes comme Safemoon et Elongate, la taxe est divisée en trois sections. 50% de la taxe reviendrait aux détenteurs du WAIV, tandis que 25% assurerait qu’il y ait suffisamment de liquidités dans le pool de liquidités du WAIV. Le reste serait affecté à l’adresse de brûlage, aux cadeaux de la communauté, au marketing et à la charité.

Un total de 1 Quadrillion de jetons WAIV a été mis en réserve, avec 40% dédiés à la prévente (400T), 20% dédiés à la liquidité de PancakeSWAP (200T), 20% brûlés (200T), et 20% verrouillés pendant 6 mois pour le développement futur (200T).

Pour que les utilisateurs puissent acheter des jetons WAIV, ils doivent le faire sur PancakeSwap v2. L’équipe de la plateforme prévoit toutefois de continuer à pousser le projet sur différents échanges et sites de cotation, tels que CoinMarketCap et CoinGecko. En outre, Waivlength collaborerait avec des influenceurs et de futurs ambassadeurs pour le projet, et attirerait des investisseurs et des fonds de capital-risque pour injecter plus de capital afin d’accélérer le projet.

Rejoindre la communauté française sur notre Discord !



Laisser un commentaire