Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Cette technologie, encore en phase de tests mais déjà opérationnelle, était au cœur des deux journées de conférences qui ont rythmé le salon Surfin’Bitcoin de Biarritz. Elle devrait notamment faciliter les micropaiements.

A l’heure actuelle, le nombre de transactions qui ont lieu à la seconde sur le réseau bitcoin concernant les paiements est relativement petit (entre cinq et sept), soit bien loin des méthodes plus classiques utilisées depuis des décennies comme MasterCard ou Visa (plusieurs milliers).

Un bridage volontaire, puisque chaque transaction consomme énormément d’énergie afin d’être validée par le réseau. Et c’est là qu’intervient le Lignthing Network.

Une « surcouche » au réseau principal

La technologie, complexe, peut être résumée ainsi. Le Lightning Network ouvre un canal en marge du réseau principal lors d’une transaction entre deux personnes, et ce n’est qu’au moment de la finalisation de l’opération que celle-ci est enregistrée sur le réseau principal bitcoin. Un gain de temps particulièrement adapté pour les petites transactions en satoshis, ces centimes de bitcoin, et avec lesquels nous pouvons envisager à l’avenir une démocratisation des achats les plus basiques, comme une baguette de pain, un café, un billet de transport, etc.

Ce réseau est encore en phase de test mais son utilisation est déjà en place et pourrait à l’avenir démocratiser les paiements en bitcoins et les diffuser à grande échelle, selon Jonathan Herscovici, fondateur de StackinSat et organisateur du salon.

Les échanges via le Lightning Network existent depuis 2018 et ce réseau est encore en phase de maturation, mais les experts s’attendent à une croissance exponentielle dans les années à venir, impulsée notamment par le Salvador, dont le pays va autoriser officiellement les paiements en bitcoins à partir du 7 septembre prochain.

Pensez-vous que demain nous paierons nos baguettes de pains en bitcoins ? Le départ est ouvert !



Laisser un commentaire