Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Que doivent faire les gouvernements avec les crypto-monnaies ? Rien ! C’est ce qu’a déclaré Elon Musk lors d’une interview à la Code Conference de Beverly Hills, en Californie.

Elon Musk : La Chine n’aime pas les crypto-monnaies

L’interview d’Elon Musk avec Kara Swisher a commencé par le sujet des crypto-monnaies. Pour le PDG de Tesla, les crypto-monnaies sont son mot de passe. Il était inévitable de parler du tournant autoritaire de la Chine, où toutes les activités de crypto-monnaies ont été interdites. Musk a commenté en disant qu’il est clair que la Chine n’aime pas les crypto-monnaies.

Son raisonnement est le suivant :

« Les crypto-monnaies visent fondamentalement à réduire le pouvoir du gouvernement chinois, et la Chine n’aime pas ça ».

Une autre hypothèse qui justifie, selon le PDG de Tesla, l’attitude de la Chine à l’égard des crypto-monnaies est celle des ressources énergétiques qu’elles consomment.

« Le gouvernement ne peut pas détruire les crypto-monnaies »

Malgré des interdictions de plus en plus strictes en Chine et une attention croissante aux États-Unis, le PDG de Tesla affirme que les gouvernements ne peuvent rien faire contre les crypto-monnaies : il est impossible de les détruire.

Lors de la conférence Code, Elon Musk a déclaré à ce sujet :

« Il est impossible de détruire les crypto-monnaies ».

Cependant, les gouvernements ont le pouvoir de ralentir leur développement, a-t-il souligné.

Elon Musk a clôturé sa partie de l’interview consacrée aux crypto-monnaies en disant qu’il ne pense pas être un expert, ni que les crypto-monnaies soient le nouveau messie, malgré leur potentiel.

La réponse de Brian Armstrong

Le PDG de Coinbase, Brian Armstrong, a répondu aux propos d’Elon Musk sur la réglementation. Son point de vue est différent : il est nécessaire d’avoir une intervention réglementaire sensible et raisonnable envers le secteur.

Sans surprise, Coinbase a l’intention de devenir un conseiller du gouvernement américain et élabore un projet de cadre réglementaire.

Pourquoi une réglementation est-elle nécessaire ?

Ces dernières semaines, le PDG de Coinbase s’est heurté à la SEC, qui a freiné le lancement de Coinbase Lend, le nouveau service de la bourse qui aurait permis aux utilisateurs de percevoir des intérêts en prêtant des cryptocurrences. Ce dont se plaint Coinbase, c’est que malgré la volonté de coopération affichée par la plus grande bourse des États-Unis, la SEC s’est montrée si grincheuse qu’elle n’a jamais donné d’explication sur les raisons pour lesquelles elle s’oppose au lancement de Lend.

La seule chose qu’elle a pu dire est que si Coinbase lance le service, la SEC intentera une action en justice.

Ripple, de son côté, est déjà impliqué dans une bataille juridique avec la SEC depuis décembre. Le régulateur américain allègue que Brad Garlinghouse et la direction de Ripple ont vendu du XRP comme garantie sans les licences appropriées. La question qui se pose ici est celle de la nature du jeton, à savoir s’il est égal au Bitcoin ou à l’Ethereum ou s’il s’agit plutôt d’un titre et qu’il doit être traité comme tel. Pour l’instant, il n’y a aucune possibilité d’entente entre les parties.

Peut-être que si le cadre législatif avait été plus clair, les deux épisodes n’auraient jamais eu lieu. Mais la crypto est un secteur jeune et en pleine évolution. Il aura probablement encore beaucoup de chemin à parcourir avant de parvenir à une définition claire, également du point de vue des règles qui le régissent.



Laisser un commentaire