Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Ces « Spezialfonds » pourront désormais le faire en vertu d’une loi qui entre en vigueur lundi. Seuls les investisseurs institutionnels, tels que les sociétés de retraite et les assureurs, ont accès à ces fonds. Ils gèrent actuellement environ 1,8 trillion d’euros (2,1 trillions de dollars).

Le conservatisme financier allemand

Tim Kreutzmann, expert en actifs crypto à l’organisme allemand de l’industrie des fonds, BVI, estime que la plupart des fonds resteront bien en dessous de 20%. « D’une part, les investisseurs institutionnels tels que les assureurs ont des exigences réglementaires strictes pour leurs stratégies d’investissement. Et d’autre part, ils doivent aussi vouloir investir dans la crypto. »

Cette approche timide est également attendue par le conseiller en services financiers du cabinet de conseil en gestion Oliver Wyman LLC, Kamil Kaczmarski. Il pense que les fonds vont expérimenter les crypto-monnaies à des niveaux plus faibles, sans s’approcher du seuil de 20% pendant au moins 5 ans.

M. Kaczmarski note également que les Allemands pourraient être hésitants en raison des fluctuations sauvages des prix des crypto-monnaies. Les Allemands sont tristement conservateurs en matière financière depuis que l’hyperinflation a frappé leur économie d’après-guerre en 1923. En allemand, le mot « dette » est le même que « blâme » ou « culpabilité ».

La BaFin au travail

Pourtant, malgré ce scepticisme inhérent, le régulateur financier allemand BaFin a autorisé certains fonds institutionnels à commencer à détenir des crypto-monnaies au début du mois. Par le passé, l’organisme de surveillance financière a souligné son inquiétude quant à la nature risquée et volatile du marché des crypto-monnaies. Toutefois, ce nouveau développement entend montrer que le régulateur souhaite néanmoins encourager la croissance future de la technologie financière émergente.

Cependant, le chien de garde financier allemand a également joué un rôle dans les récentes difficultés de Binance. Après avoir lancé des jetons d’actions en avril, le BaFin a été le premier organisme de réglementation à s’en prendre à eux. Pour les régulateurs, ces jetons d’actions semblaient être des titres, et nécessitaient donc un prospectus. Cette enquête initiale a finalement conduit Binance à retirer ses offres de jetons d’actions.



Laisser un commentaire