Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Ce n’est pas un secret lorsque les investisseurs en crypto-monnaies mentionnent une « réserve de valeur numérique », ils font résolument référence au bitcoin (BTC). Mais, comme le taux d’émission d’Ethereum (Ether/ETH) a diminué au cours de ses quatre années d’existence, les investisseurs ont commencé à évaluer le statut de la crypto-monnaie.

L’Ethereum est « positionné » pour être une réserve de valeur

Au taux d’inflation annuel actuel de 4,4 %, bien supérieur à l’objectif de ~2 % de la Réserve fédérale américaine, beaucoup affirment qu’il serait difficile de l’appeler une version numérique de l’or. Dans une récente série de tweets, l’investisseur James Spediacci a poliment demandé à ne pas être de cet avis. Le trader, qui aurait été cité dans le New York Times, a exposé son point de vue sur le sujet dans un fil de discussion en 15 parties, en décortiquant les détails de cette non-question.

Spediacci a noté que si le cours de l’Ethereum a chuté au cours de l’année écoulée, principalement en raison de l’éclatement de la bulle des ventes de jetons, qui a poussé tout le monde à acheter de l’ETH en masse, il finira par se remettre sur pied. Il explique qu’avec l’activation de la Proof of Stake (PoS) par rapport au système minier actuel, l’inflation sera « proche de zéro en deux ans », ce qui donnera à l’ETH un stock-to-flow  inférieur à celui de la plupart des monnaies émises par les gouvernements.

Parallèlement, les applications financières décentralisées, qui placent les processus financiers sur la chaîne Ethereum, continueront à garantir leur écosystème en bloquant l’Ether, ce qui réduira encore davantage la quantité en circulation.

Spediacci écrit qu’étant donné que des applications comme Compound ont consommé 10 000 Ether de garantie par jour, « la demande naturelle de la crypto-monnaie dépassera bientôt l’offre naturelle », faisant de l’Ethereum le premier actif numérique à connaître une déflation induite par l’utilisation.

Il ajoute qu’une fois le jalonnement lancé, l’Ethereum bénéficiera des « six caractéristiques de la monnaie » : durabilité, portabilité, acceptabilité, divisibilité, uniformité et offre limitée.

Spediacci a admis que l’abstraction économique représente un risque pour le statut monétaire de l’Ether, car l’actif serait dévalué. Mais il a semblé confiant quant à la possibilité de voir l’ETH devenir une réserve de valeur, bien que cette éventualité ne soit pas envisagée.

Le bitcoin existe. La cryptomonnaie a-t-elle besoin d’une autre réserve de valeur ?

Alors que Spediacci est sûr que la classification SoV d’Ethereum viendra avec le temps et le développement, en particulier avec la croissance des applications DeFi comme MakerDAO, ce marché a-t-il vraiment besoin d’une autre crypto-monnaie semblable à l’or ?

Brendan Blumer, directeur général de Block.one, la startup blockchain qui dirige le développement de la blockchain EOS, pense que le bitcoin s’attaquera au statut de réserve de valeur de facto de l’or au cours des deux prochaines décennies.

Les jumeaux Winklevoss, les prétendus cofondateurs de Facebook à l’origine de la bourse Gemini, ont avancé un argument similaire ces dernières années. Les jumeaux Cameron, en décomposant l’argument « le bitcoin est une forme numérique de l’or », ont fait remarquer que si l’on résume, l’actif numérique est (ou peut être) meilleur en termes de fongibilité, de rareté, de portabilité et de divisibilité que le métal précieux lui-même. À leurs yeux, la seule chose que l’or a de plus que le BTC est une « avance de 3 000 ans ».

Tous ces experts considèrent le bitcoin (et uniquement le BTC) comme le seul actif numérique qui aura un jour le statut de réserve de valeur utilisable. En fait, Mike Novogratz de Galaxy Digital a déclaré un jour que si le marché des crypto-monnaies était le tableau périodique, le BTC serait le seul à avoir un numéro atomique de 79, un peu comme l’or est de l’or.

Mais, si l’on en croit le sentiment de l’intéressé et ceux qui ont corroboré ses déclarations, l’Ether deviendra inévitablement une réserve de valeur, pour autant que la blockchain populaire poursuive ses nobles ambitions de lancer la version 2.0 (Serenity). À votre avis, l’Etherum prendra t’il la place du Bitcoin ? N’hésitez pas à réagir en commentaires.



Laisser un commentaire