Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Le pays concentre désormais plus du tiers de l’activité mondiale du minage de cryptomonnaies depuis que la Chine a mené une guerre sans merci pour réduire cette activité sur son sol.

L’étude publiée par des chercheurs de Cambridge University est passée quelque peu inaperçue dans les médias dits « grand public », mais elle a fait pas mal de bruit dans la cryptosphère. Selon cette enquête, les États-Unis ont connu une progression de 428% (!) sur un an de leurs activités de minage.

Une hausse spectaculaire qui n’a cependant rien d’étonnant puisque Pékin a depuis le début de l’année multiplié les offensives (coupures d’électricité, sanctions, etc.) pour bannir le minage sur son territoire. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont réussi…

De 67% à… 0% !


La Chine, qui trustait 67% des activités de minage, est aujourd’hui passée à une part dérisoire, proche de 0%. Une inversion de tendance qui place désormais les États-Unis en tête, avec plus de 35% des fermes de minages au niveau mondial.

Le pays de l’oncle Sam est devenu une terre d’accueil idéale aujourd’hui, puisque le prix de l’énergie y est parmi les plus bas du monde, et certains états comme le Texas, ont une politique ouvertement favorable aux cryptomonnaies.

Selon l’étude Cambridge University, voici la liste des pays concentrant le plus d’activités de minage sur leur territoire :

  • États-Unis : 35,4 %
  • Kazakhstan : 18,1 %
  • Russie : 11 %
  • Canada : 9,55 %
  • Irlande : 4,68 %
  • Malaisie : 4,59 %
  • Allemagne : 4,48 %
  • Iran : 3,11 %
  • Norvège : 0,58 %


Laisser un commentaire