Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Le guide du Web 3.0, plus que de l’amusement et des jeux, c’est pour le travail


Le Web 3.0 est devenu l’une des tendances numériques les plus discutées de la décennie. Mais qu’est-ce que le Web 3.0 exactement, et comment les sociétés financières peuvent-elles tirer parti de l’évolution du paysage Internet pour assurer l’avenir de leurs modèles commerciaux ?

Lisez ce qui suit pour en savoir plus sur le Web 3.0 et sur la façon dont il pourrait changer notre façon d’interagir avec les services financiers.

Qu’est-ce que le Web 3.0 ?

La définition du Web 3.0 est controversée – il est même difficile de trouver une définition unique et standard. La définition la plus courante du Web 3.0 est celle d’un Web de plus en plus lisible par les machines, qui fournira des services plus personnalisés aux utilisateurs.

Au lieu que les utilisateurs interagissent directement avec les pages et les applications web, les données du Web 3.0 sont beaucoup plus interconnectées. Non seulement les utilisateurs interagissent avec les applications, mais les applications et les appareils sur le web communiquent également entre eux, créant ainsi un internet plus ouvert et plus intelligent. Il est beaucoup plus facile de comprendre ce qu’est le Web 3.0 et ce qu’il signifie en examinant le Web 1.0 et 2.0.

Du Web 1.0 au Web 3.0 : L’évolution de l’Internet

Le Web 1.0 a constitué une percée majeure, permettant à quiconque de publier du contenu et d’atteindre un public mondial. Cependant, il n’y avait pas de moteurs de recherche et il n’était pas facile de naviguer dans le contenu du web. Le moyen le plus courant de trouver des pages Web était les annuaires.

Cette méthode était peut-être difficile à utiliser, mais elle en enthousiasmait plus d’un car elle donnait l’impression que l’information était accessible à tous. Les opinions pouvaient être partagées librement sans les pressions associées aux gardiens traditionnels du savoir que sont les éditeurs et les universités.

Le Web 2.0 a ajouté une toute nouvelle couche d’interactivité. La communication en temps réel avec les sites web a permis l’essor des médias sociaux, avec des fonctionnalités telles que les commentaires et les “likes”.

Le commerce électronique est un autre bon exemple. Avec le Web 1.0, se rendre dans un magasin en ligne revenait essentiellement à consulter le catalogue du magasin. Avec le Web 2.0, les utilisateurs pouvaient laisser des avis, parcourir les avis laissés par d’autres acheteurs ou recevoir des recommandations personnalisées en fonction de leur historique d’achats.

  • Le Web 1.0 était une voie à sens unique où l’information circulait du site Web vers l’utilisateur.
  • Le Web 2.0 a transformé cette rue en une rue à double sens, l’utilisateur devenant un participant actif dans la création du contenu Web.
  • La vision du Web 3.0 est celle d’un internet où tous les appareils de notre vie sont connectés et communiquent entre eux en permanence. L’intelligence artificielle aidera les machines à mieux comprendre le contenu du web, à fournir de meilleurs résultats de recherche et à détecter les fraudes telles que les fausses critiques.

Dans le même temps, le grand espoir est que la cryptographie donnera aux citoyens de l’Internet les moyens de reprendre le contrôle de leurs données sur des plateformes centralisées comme Facebook et Google.

Le rôle de Blockchain et de Crypto dans le Web 3.0

Le bitcoin a été le premier exemple concret de la technologie blockchain donnant aux individus des alternatives aux monopoles centralisés. Dans le monde numérique, l’argent n’est rien d’autre que des données. Ce que la technologie blockchain rend possible, c’est une vérification des données sans confiance. Cela signifie que vous n’avez plus besoin de faire confiance à une banque pour vous assurer que les soldes de vos comptes sont exacts. Au lieu de cela, un réseau décentralisé prouve que tous les soldes de comptes sont exacts.

Ce type de vérification peut également être utilisé pour tout autre type de données, des contrats juridiques aux certificats de propriété ou aux dossiers médicaux. Les méthodes de cryptage utilisées par les blockchains peuvent préserver la vie privée, même si les données sont stockées sur un réseau ouvert. C’est un élément clé de la vision du Web 3.0.


Pour que les applications et les utilisateurs puissent communiquer entre eux en toute sécurité, il faut à la fois de l’ouverture et de la confiance. La cryptographie et la technologie blockchain permettent de sécuriser la propriété et le partage des données.

Ainsi, au lieu de laisser Facebook ou Google récolter vos données et les vendre à des tiers, vous pouvez théoriquement détenir les clés de vos propres données et n’en autoriser l’accès qu’aux personnes de votre choix.

De nombreux défis techniques restent à relever pour faire de cette vision une réalité, mais si elle fonctionne, elle pourrait signifier un déclin du rôle des plateformes centralisées comme Facebook en tant que médiateurs entre les personnes. Au lieu de cela, les internautes seraient en mesure d’interagir directement les uns avec les autres via des plateformes ouvertes où ils pourraient choisir comment leurs données sont utilisées et potentiellement en tirer profit.

Cette nouvelle vision de l’internet implique une transformation non seulement des interactions sociales mais aussi des interactions financières.

Comment le Web 3.0 va transformer la finance

Auparavant, lorsque vous transfériez de l’argent à quelqu’un en ligne, vous aviez besoin d’un service de confiance comme PayPal ou une banque pour effectuer le transfert. Avec les réseaux de chaînes de blocs, comme Algorand, vous pouvez désormais transférer de l’argent directement à toute personne disposant d’une connexion Internet, sur une base de pair à pair. Mais l’évolution du paysage Internet ne s’arrête pas là pour les services financiers.

Les protocoles financiers ouverts auxquels toute personne disposant d’une connexion internet peut accéder pourraient révolutionner la manière dont nous interagissons avec les services financiers.

Par exemple, les investisseurs peuvent prêter directement aux emprunteurs via des pools de prêts décentralisés, de pair à pair, en utilisant la monnaie numérique. Cela permet à toute personne à travers le monde d’accéder à des financements tout en offrant aux investisseurs de nouvelles possibilités de rendement (par exemple, Yieldly).

En outre, la propriété de tout actif, y compris les actions, les obligations, l’immobilier et les liquidités, peut être “tokenisée” et représentée sur une blockchain. Ces actifs peuvent ensuite être échangés directement entre particuliers, ce qui démocratise l’accès aux marchés financiers.

De plus, l’intégrité des données fournie par la technologie blockchain élimine le besoin de tiers de confiance pour vérifier des éléments tels que l’identité, la preuve de propriété et la preuve des fonds.

Les nouvelles tendances financières numériques nées du Web 3.0 pourraient se traduire par une efficacité accrue pour les sociétés de services financiers qui sont prêtes à adopter des technologies décentralisées et à donner accès à de nouveaux segments de clientèle qui étaient auparavant difficiles à atteindre.


Notre contenu peut contenir des liens d'affiliation naturelle pour des produits que nous utilisons ou aimons. Si vous effectuez une action (abonnement, achat) après avoir cliqué sur l'un de ces liens, nous gagnerons un peu d’argent pour le café que nous promettons de boire tout en créant plus de contenu utile comme celui-ci.

Newsletter
Recevez nos actualités crypto condensés (presque) tous les jours !
Email



Laisser un commentaire