Aller au contenu Aller à la barre latérale Atteindre le pied de page

Le zapping des actualités crypto du 14 au 18 février 2022


Chute brutale du bitcoin en cas d’invasion de l’Ukraine ?

« Le bitcoin est l’actif risqué par excellence, et une invasion de l’Ukraine maintiendrait la pression de vente de la crypto à 10-15% supplémentaires à court terme » écrit Edward Moya, analyste de marché senior chez Oanda. Certains analystes estiment également que les cryptomonnaies, et notamment le bitcoin, perdent en ce moment leur réputation de valeur refuge face à l’or, qui lui est insensible à ce genre de menace. D’autres pensent en revanche que la correction n’est que temporaire.

Une baisse imminente des cryptos est-elle à prévoir ?

Autre étude peu rassurante, celle de Glassnode, une société spécialisée dans l’analyse de la blochchain. Les experts du cabinet estiment que la plupart des investisseurs du secteur des cryptomonnaies s’attendent à une baisse du marché dans les mois à venir. Ils arrivent à cette conclusion en notant une réduction de l’utilisation de contrats dérives, lesquels permettent de spéculer à la hausse ou à la baisse sur la valeur d’un actif. Une réduction du recours à ce support indique en général qu’une incertitude pourrait planer sur le marché.

Les cybercriminels russes sur le podium du vol des cryptomonnaies

Outre le fait que la Russie est l’un des 20 pays où il y a le plus de détenteurs de cryptodevises, c’est aussi la nation qui abrite le plus de cyber arnaqueurs. C’est en tout cas les conclusions d’un rapport publié par Chainalysis, qui indique qu’une part importante de ransomwares seraient issus d’organisations russes. La Chine et les États-Unis ne seraient pas en reste, puisque ces deux grandes nations seraient également celles qui abritent, derrière la Russie, le plus de fonds ransomwares.


Le Canada sur le point de réprimer l’usage « non conforme » des crypto ?

Bien déterminé à casser la dynamique du « freedom convoy » et la présence continue des poids lourds devant le Parlement canadien, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a mis en application le « Emergency Act ». Cette loi d’urgence permet de geler les comptes bancaires des manifestants, et autorise une surveillance totale des transactions en cryptodevises que ces derniers pourraient effectuer. Une liste noire de 34 réseaux blockchains a ainsi été dressée, 29 liés aux bitcoin, et un portant sur Ethereum, Cardano Monero, Litecoin et Ethereum Classic.

La FED continue à tirer à boulets rouges sur les cryptos

Dans ses « minutes » (sorte de rapport) publiés mercredi 16, La Réseve Fédérale Américaine a abordé, outre sa politique monétaire, également la question des crypto-monnaies et des stablecoins lors de sa réunion de janvier dernier. Les responsables ont émis leurs préoccupations concernant la croissance importante de l’industrie de la crypto-monnaie, et « certains participants ont vu des risques émergents pour la stabilité financière associés à la croissance rapide des crypto-actifs et des plateformes financières décentralisées », indique le résumé de la réunion. Même son de cloche du côté des stablecoins, considérés par la Fed comme « une autre vulnérabilité sur les marchés de financement. »


Notre contenu peut contenir des liens d'affiliation naturelle pour des produits que nous utilisons ou aimons. Si vous effectuez une action (abonnement, achat) après avoir cliqué sur l'un de ces liens, nous gagnerons un peu d’argent pour le café que nous promettons de boire tout en créant plus de contenu utile comme celui-ci.

Newsletter
Recevez nos actualités crypto condensés (presque) tous les jours !
Email



Laisser un commentaire